Les huiles essentielles offrent de multiples possibilités d’utilisation. Elles sont très concentrées en molécules aromatiques et peuvent donc être très puissantes. Il faut prendre les précautions nécessaires avant de les utiliser.

Avant de vous y mettre, je vous conseille de lire cet article dans son intégralité. Vous y découvrirez de nombreux usages des huiles essentielles et des astuces pour ne prendre aucun risque !

Tout d’abord, sachez que les huiles essentielles ne sont pas adaptées à tous. Quelques exemples de publics pour lesquels les huiles essentielles ne sont pas recommandées :

  • les enfants
  • les femmes enceintes ou allaitantes
  • les personnes ayant un terrain allergique important
  • les personnes souffrant d’un problème de santé quelconque
  • les personnes sous traitement médicamenteux

Dans certains cas, il est possible pour ces personnes d’utiliser les huiles essentielles, mais uniquement sur avis d’un professionnel de santé.

Les huiles essentielles en application cutanée

L’application cutanée (c’est-à-dire, sur la peau) est le mode d’utilisation le plus sûr et le plus répandu. Il vous permet d’utiliser les huiles essentielles pour de nombreux buts, sans prendre trop de risques.

Diluez les huiles essentielles dans de l’huile végétale. En général, on recommande une dilution à 20% pour un adulte (soit 2 gouttes d’huile essentielle pour 8 gouttes d’huile végétale). Vous pouvez utiliser n’importe quelle huile végétale qui convient à votre peau (attention si vous êtes allergique aux fruits à coque). Les huiles qui se trouvent dans votre cuisine (tournesol, colza, olive, coco, …) font très bien l’affaire !

Une façon approximative mais sûre de diluer, c’est de mettre un gros splash d’huile végétale au creux de sa main, d’ajouter quelques gouttes d’huile essentielle et d’appliquer le tout sur la peau. Pour vous donner une idée, une cuillère à café contient à peu près 3g d’huile, soit environ 60 gouttes. Pour respecter la dilution, vous pouvez donc monter jusqu’à 15 gouttes d’huile essentielle : on est tranquilles !

Si vous avez un mélange que vous utilisez régulièrement (par exemple, l’huile j’ai-mal-à-la-tête ou la synergie putain-j’ai-mes-règles), vous pouvez faire la dilution préalablement dans un flacon. Utilisez un flacon de récup d’une huile essentielle que vous avez terminée. Pour un flacon de 5mL, mettez 20 gouttes d’huile essentielle et complétez avec de l’huile végétale (les matheux comprendront que dans mes hypothèses, 1mL = 20 gouttes).

Dans certains cas, certaines huiles essentielles peuvent être utilisées pures. Référez-vous à un livre de référence en aromathérapie ou aux recommandations d’un professionnel de santé pour savoir lesquelles. Si vous avez un doute : diluer, ça ne coûte rien.

Certaines huiles essentielles sont photo-sensibilisantes : elles peuvent causer des brûlures si on s’expose aux UV après en avoir mis sur sa peau. C’est le cas des huiles de zeste d’agrume (bergamote, citron, mandarine, orange, pamplemousse, …) et de certaines autres huiles. Ce sont des huiles assez communes, donc faites bien attention. Si vous les utilisez, évitez le soleil (et toute forme d’UV) pendant 8 heures.

(C’est le moment où je vous épargne la photo du mec brûlé au 2ème degré à cause d’une huile essentielle, mais ça arrive donc faites vraiment gaffe).

Où appliquer les huiles essentielles ?

Vous pouvez appliquer les huiles essentielles diluées partout sauf : les yeux, la bouche, la paroi nasale, le canal auditif, … Les muqueuses de manière générale, quoi. Il est parfois possible d’appliquer un mélange directement sur une muqueuse pour traiter un problème local (mycose vaginale par exemple) mais faites-le uniquement si ça vous a été expressément recommandé par un professionnel de santé.

Si vous avez un problème local, vous appliquerez l’huile localement :

  • sur le ventre en cas de douleurs de ventre
  • sur le muscle en question en cas de crampe ou douleur musculaire
  • sur l’articulation en question en cas de douleur articulaire
  • sur la zone concernée en cas de démangeaisons
  • etc.

Si vous avez un problème général (anxiété, insomnie, faiblesse immunitaire, etc.), vous avez différentes possibilités. En fait, vous pouvez les appliquer un peu n’importe où : elle pénétreront dans votre système circulatoire. L’idée est de choisir des points bien irrigués au niveau du système sanguin ou nerveux pour que les huiles puissent se diffuser rapidement dans votre corps. Les points généralement recommandés sont :

  • la paume des mains
  • la plante des pieds
  • le plexus solaire (juste en dessous des seins, au milieu)
  • les avant-bras
  • les poignets
  • la nuque

Personnellement, je trouve que la nuque et les avant-bras c’est très pratique. A chacun d’expérimenter !

En cas de maux de tête, beaucoup de gens conseillent d’appliquer le mélange sur les tempes. ALERTE !! Les tempes sont juste à côté des yeux et les yeux sont une no-go zone. En plus, le mélange en question contient souvent de la menthe poivrée qui est très volatile. Il s’agit donc (de mon humble point de vue) d’une mauvaise idée. Appliquez plutôt votre mélange sur le haut de la nuque, qui en plus est souvent tendu en cas de maux de tête et profitera de l’action locale des huiles. Parfois, quand je m’emballe, j’en mets sur tout le tour de mon crâne dans les cheveux (non-non ça ne va pas les salir). En haut de la nuque, au niveau des tempes (mais dans le cuir chevelu loin des yeux), en haut du front … C’est super agréable et vous pouvez même demander à votre copain ou votre maman de vous faire un petit massage du crâne chevelu au passage, efficacité garantie.

↑ haut de page

Les huiles essentielles en cosmétique

On reste sur l’application cutanée mais dans un but autre : les huiles essentielles pour la cosmétique. Il faut toujours diluer les huiles essentielles en cosmétique, en utilisant une huile végétale ou une base neutre prévue à cet effet.

N’ajoutez SURTOUT PAS d’huiles essentielles à votre crème pour les mains ou votre lait pour le corps habituel … Dans les produits conventionnels, on trouve de nombreuses substances qui peuvent très mal réagir avec les huiles essentielles et se révéler toxiques à leur contact. Même avec les produits bio ou achetés pharmacie : s’ils ne sont pas prévus spécialement pour ça, évitez.

En cosmétique, on utilise plutôt des dilutions de 1% à 5%. Si vous faites un masque à l’argile, vous mettrez par exemple 1 goutte d’huile essentielle pour 5g d’argile. Si vous utilisez une crème DIY ou une base neutre, pareil : 1 goutte pour 5g de matière. En cas de produit biphasé (démaquillant par exemple), la phase aqueuse ne compte pas comme matière « diluante ».

↑ haut de page

Les huiles essentielles par voie orale

L’usage des huiles essentielles par voie orale (en les avalant) est possible, mais uniquement lorsque recommandé par un professionnel de santé. Dans ce cas, il faut utiliser un support neutre sur lequel on dépose quelques gouttes de l’huile essentielle : une pastille neutre prévue à cet effet, un morceau de sucre, cuillère de miel, cuillère d’huile végétale, morceau de pain, … Tout corps gras ou sucré peut servir de support.

Par contre, les liquides à base d’eau ne sont pas appropriés ! N’ajoutez pas d’huile essentielle à une tisane : cela reviendrait au même qu’avaler votre huile essentielle pure. Mettez d’abord l’huile essentielle sur votre support (sucre, miel) puis ajoutez le support à la tisane.

Les huiles essentielles en inhalation

Il y a deux types d’inhalations : l’inhalation à la vapeur d’eau et l’inhalation sèche. Elles n’ont rien à voir l’une avec l’autre (pas si simple, ces histoires d’huiles essentielles !).

Pour une inhalation à la vapeur d’eau : déposez quelques gouttes d’huiles essentielles dans un bol d’eau frémissante. Placez votre visage au-dessus du bol et inhalez profondément la vapeur. Fermez bien les yeux et faites attention à ne pas vous brûler !

L’inhalation à la vapeur ne doit être utilisée que lorsqu’elle est recommandée par un ouvrage de référence ou un professionnel de santé. Toutes les huiles essentielles ne sont pas adaptées. De plus, il ne faut pas se rendre à l’extérieur pendant une heure après une inhalation à la vapeur. Vos muqueuses sont sensibilisées et elles absorbent beaucoup plus facilement les micro-organismes. L’idéal, c’est de faire votre inhalation le soir avant d’aller vous coucher.

Pour une inhalation sèche : déposez quelques gouttes d’huile essentielle sur un mouchoir. Placez ce mouchoir devant votre nez et inhalez profondément. Cette méthode est beaucoup plus sûre mais aussi beaucoup moins bien appréhendée scientifiquement. Lorsque vous faites ça, très peu de molécules aromatiques intègrent vos voies respiratoires. L’huile essentielle n’a donc pas son action « chimique » traditionnelle. Son effet serait plutôt lié à une action « informationnelle » : le cerveau interprète l’odeur de l’huile d’une certaine manière et transmet cette interprétation au corps. Cette méthode se rapproche du fonctionnement de l’homéopathie ou de l’effet placebo.

↑ haut de page

Diffuser des huiles essentielles

Le diffuseur, c’est un peu le chouchou des novices en aromathérapie. Le truc sympa qu’on nous a offert à Noël (parce qu’elle mange bio et elle est écolo alors je vais lui trouver un petit truc chez Nature & Découvertes), avec deux-trois huiles essentielles qui sentent bon. Mais attention ! La diffusion d’huiles essentielles n’est pas faite pour parfumer la maison. Elle nécessite, comme les autres modes d’utilisation, de bien se renseigner et de prendre des précautions. Utilisez-la plutôt pour « nettoyer » l’air (en cas d’épidémie virale par exemple) ou pour l’action thérapeutique des huiles (apaisante, stimulante, …).

Les huiles essentielles se diffusent pures : on ne les dilue pas dans de l’huile végétale. Mais parfois, on recommande de diluer certaines huiles essentielles « agressives » dans d’autres huiles essentielles (oui je sais tout ça est un peu tiré par les cheveux). Par exemple, si vous voulez vous faire une diffusion matinale de menthe poivrée pour avoir la pêche le matin, vous allez devoir la diluer. Dans un récipient, mélangez 1 goutte de menthe poivrée et 9 gouttes de gingembre (tonique elle aussi) puis mettez une ou deux gouttes de ce mélange dans votre diffuseur.

Une fois diffusées, les molécules aromatiques restent en suspension dans l’air et pénètrent dans vos voies respiratoires. Elles peuvent donc causer des allergies et des irritations en cas d’utilisation répétée et prolongée. Il faut diffuser par tranches de 20 minutes maximum, dans une pièce bien aérée (fenêtre ouverte). De plus, il faut éviter de diffuser en présence de publics sensibles mentionnés plus haut (enfants, femmes enceintes, …), qui ne sont pas censés utiliser les huiles essentielles. Il faut également faire gaffe aux animaux, qui ne supportent pas certaines huiles essentielles. J’ai par exemple remarqué que Tiji devenait complètement fou quand je diffusais de l’eucalyptus citronné. Mais ça, c’est peut-être juste parce qu’il est fou … 🐰 Non, sérieusement, faites attention : vous pourriez les rendre malades.

Sachez également que la diffusion ne consiste jamais à chauffer les huiles essentielles. La coupelle d’huile essentielle avec une petite flamme en dessous : on oublie ! Certaines huiles essentielles, une fois chauffées, dégagent des substances nocives pour la santé. Dans tous les cas, leur composition chimique est modifiée et elles perdent leurs propriétés thérapeutiques. A éviter, donc.

↑ haut de page

Cuisiner avec les huiles essentielles

J’adore cuisiner avec les huiles essentielles et je trouve que cet usage est méconnu. Pourtant, elles sont très utilisées dans l’industrie. Le label « arôme naturel » en énorme sur le paquet de yaourt, ça veut en général dire huile essentielle !

De nombreuses épices et herbes aromatiques ont une huile essentielle. Par exemple : la cannelle, le cumin, le gingembre, la coriandre, le basilic, le romarin, … Les essences d’agrumes peuvent également être intéressantes, notamment pour les desserts. Mon couple favori c’est Citronnelle-Gingembre dilué dans de l’huile de coco, relever des plats asiatiques. Les huiles essentielles se conservant très longtemps, elles sont parfois plus pratiques que les herbes fraîches et les épices, et plus fines en goût que des herbes séchées ou surgelées.

Par contre, comme vous l’avez maintenant compris : elles sont très puissantes. Ne vous avisez pas d’ajouter de l’huile essentielle dans votre plat comme vous ajouteriez du jus de citron. En général, une ou deux gouttes suffisent à aromatiser un plat pour 4 personnes. Une astuce pour éviter tout déboire (on ne voudrait pas que vous balanciez tout votre plat à la poubelle parce que vous avez malencontreusement versé 2mL d’huile essentielle dans le saladier) : mettez une cuillère à soupe d’huile végétale dans un petit bol et ajoutez-y vos huiles essentielles. Ajoutez progressivement ce mélange à votre plat en gouttant au fur et à mesure pour vérifier que le goût n’est pas trop fort.

Enfin, comme je vous l’ai dit, il faut éviter de chauffer les huiles essentielles. Dès que possible, ajoutez-les à la fin de votre préparation, une fois la casserole hors du feu. Si elles doivent absolument être ajoutées avant cuisson, veillez à ce qu’elles soient diluées dans quantité importante de corps gras ou sucré.

↑ haut de page

Quelques précautions générales sur les huiles essentielles

Le risque d’allergies est une des limites à l’utilisation des huiles essentielles. Tout comme leurs contreparties synthétiques, certaines molécules contenues dans les huiles essentielles sont connues pour causer des allergies (linalol, géraniol, …). Avant toute utilisation d’une huile essentielle, il faut donc réaliser un test allergique. Déposez 2 gouttes de l’huile essentielle au creux de votre coude et attendez 48 heures. Si vous constatez une réaction quelconque (au niveau local ou ailleurs dans votre corps), vous êtes peut-être allergique : consultez alors votre médecin.

Chaque huile essentielle à ses contre-indications et ses limites d’usage en termes de dosage et de voie d’utilisation. Dans votre Oily Box, vous recevrez un carnet contenant des informations liées à chaque huile essentielle de la box, notamment les risques et précautions d’emplois. Néanmoins, Oily Me propose un usage cosmétique, ménager et d’aromatisation culinaire des huiles essentielles. Pour toute utilisation thérapeutique des huiles essentielles, référez-vous à des ouvrages spécialisés ou aux conseils de professionnels de santé.

Conservation des huiles essentielles

Les huiles essentielles se peuvent se conserver très longtemps. La durée légale de consommation est de 5 ans (2 ans pour les essences de zeste d’agrume). Néanmoins, rien n’indique que les huiles essentielles aient perdu leurs qualités après cette date. Mais bon, vous savez comme les réglementaires sont obsédés par les dates de péremption …

Les quelques règles à respecter pour bien conserver vos huiles essentielles et prolonger leur durée de vie sont les suivantes :

  • les conserver dans des flacons en verre ambré
  • les conserver à l’abri de la lumière
  • les conserver à l’abri de la chaleur
  • les conserver dans des flacons hermétiquement fermés
  • éviter de mettre l’huile en contact avec d’autres matières (en y plongeant une pipette salie par un autre liquide, par exemple).

L’industrie s’accorde pour stocker les huiles essentielles dans des flacons en verre, qui est une matière inerte. Néanmoins, on trouve la plupart du temps dans ces flacons des embouts compte-gouttes en plastique qui sont en contact permanent avec les huiles. Il n’est pas impossible que ce plastique, qui n’est pas une matière inerte, altère la qualité de l’huile. Pour ne prendre aucun risque, Oily Me propose des flacons équipés de bouchons à pipette en verre. Ainsi, l’huile essentielle n’est qu’en contact avec du verre. En plus, les pipettes sont beaucoup plus précises et pratiques à utiliser que les embouts compte-gouttes !

↑ haut de page

Vous savez maintenant comment utiliser les huiles essentielles en toute sécurité. Vous pouvez vous lancer ! Si vous n’avez pas encore commandé votre box, c’est par ici :

Leave a Reply